9 novembre 2016 Webmaster

Michael Benyahia termine dans le top 3 du Championnat de France de F4

Alors que la pression montait sous les casques de ses adversaires, Michael Benyahia a géré de manière remarquable le difficile meeting de Barcelone qui concluait la saison 2016 du Championnat de France de F4. C’est avec une grande maturité que le jeune espoir marocain a devancé ses rivaux avec une victoire qui lui a permit d’assurer sa place sur le podium final d’une compétition très ouverte jusque sous le dernier drapeau à damier.

Le circuit de Barcelona-Catalunya, connu dans le monde pour recevoir le Grand Prix d’Espagne de Formule 1 depuis 25 ans, a servi de cadre les 4, 5 et 6 novembre au dernier meeting des 23 courses du Championnat de France de F4. Si les titres de Champion et de vice-Champion étaient déjà attribués, la bataille s’annonçait intense pour la 3e place du classement final. La position occupée depuis l’épreuve du Mans par Michael Benyahia était en effet convoitée par cinq pilotes. C’est à un challenge très compliqué que devait faire face le jeune espoir marocain, nécessitant de faire autant appel à sa pointe de vitesse qu’à son intelligence de course pour devancer la meute de ses poursuivants dans des conditions de piste particulièrement complexes.

Alors qu’il y avait beaucoup à perdre lors des 25 minutes de la qualification sur une piste séchante, les derniers passages s’avéraient décisifs. L’adhérence s’améliorait à chaque passage, transformant cette qualification en loterie, Michael était un des premiers à passer sous le drapeau à damier et devait se contenter de la 7e position.

Sur une piste encore humide, Michael ne prenait pas le meilleur départ de sa carrière en course 1.

Pointé 11e au 1er tour, il parvenait à dépasser des concurrents malgré qu’une seule trajectoire soit sèche et remontait en 8e position. Après ce résultat éloigné de ses ambitions, il se jetait dans la bataille de la course 2 à partir de la 3e place sur la grille. Auteur d’un départ agressif il s’emparait de la 2e position dès le premier virage avant de remonter pour prendre la tête dès le 2e tour de course. En bagarre avec le champion en titre Michael échangeait le leadership pour  décrocher finalement la victoire avec une confortable avance.

Le plus gros du travail avait été effectué, mais il restait encore à gérer intelligemment la dernière course. Observant la position de ses rivaux, Michael adaptait sa stratégie comme un vieux renard. Deuxième dès le 3e tour après avoir pris un excellent départ, il pouvait ensuite contrôler la situation et décider avec maturité de terminer à la 5e place pour assurer le podium du championnat sans prendre de risques inutiles dans la bataille.

« Ce fut un week-end difficile, mais très enrichissant ! » déclarait Michael. « Grâce à ma victoire dans la 2e course, j’ai permis à l’hymne marocain de retentir pour la première fois à Barcelone. Je revenais sur le leader dans la dernière course mais j’ai préféré ne pas tenter le diable et assurer mon podium final au Championnat. De retour dans mon pays avec la satisfaction du devoir accompli, j’ai reçu un accueil très chaleureux de la part des médias et des passionnés de sport automobile qui sont nombreux au Maroc. C’est fantastique ! »

Michael n’a guère eu le temps de se reposer pour savourer la réussite de sa saison de F4. Après l’avoir bien épaulé à Barcelone, son coach Stéphane Daoudi lui a en effet concocté un programme chargé en termes de relations publiques à l’occasion de la COP 22 qui vient de s’ouvrir à Marrakech. À la pointe de l’actualité, le Royaume du Maroc a tenu à concilier sa passion de la course avec la nécessaire protection de l’environnement en faisant de l’organisation du Formula E-Prix de Marrakech ouvert aux monoplaces 100 % électriques du Championnat mondial de la FIA un évènement hautement symbolique de la COP 22.

Le jeune espoir du sport automobile marocain pilotera une Formula-E en démonstration dans les rues de Marrakech. Il aura également la charge de convoyer jusqu’à son but l’équivalent de la flamme olympique pour la Conférence sur le Climat, la torche photovoltaïque surnommée “Light Us“ en provenance de la COP 21 de Paris et terminera par quelques tours en piste au volant de la Formula E avant le départ de la course.