7 octobre 2017 Webmaster

Rencontre avec Michael Benyahia, le petit prodige de la MDJS

Parlez-nous de cette saison 2017…

Je viens de réussir trois podiums au championnat NEC FR 2.0 sur le toboggan des Ardennes Belges à Spa Francorchamps. Même si je n’ai pas réussi à trouver un bon setup pour ma voiture, j’ai pu m’attribuer de bons résultats. Il me reste une dernière course, celle qui pourrait m’adjuger le titre de champion 2017 (je l’espère!). Tout va se jouer à Hockenheim. Pour ma part, je ne connais pas ce circuit, ce qui ne sera pas un avantage; mais ce ne sera en aucun une excuse pour ne pas tout donner.

Que pouvez-vous nous dire sur votre nouvelle nomination (pilote de développement Venturi)?

J’en suis ravi. Le championnat de Formule E est un championnat qui utilise des véhicules propulsés par un moteur électrique. Donc, ce sera avant tout une bonne expérience pour moi.

Malgré votre emploi du temps assez chargé, vous avez répondu présent au SISL (Salon International des Sports et Loisirs).

Tant que je le pourrai, je ne manquerai jamais un rendez-vous national. Ici, tout le monde est gentil, j’ai des amis qui sont là pour moi, des gens qui me connaissent de plus en plus (et ça me fait plaisir) et la MDJS qui me soutient sur tout le chemin.

Propos recueillis par Ghita Hanane

Source : lereporter.ma